Femmes et hommes autour du monde

Des inégalités de droit

La situation des femmes aux Maldives

Laisser un commentaire

L’Asie, qui est un continent vaste comprenant 41 pays, présente de nombreux cas d’inégalités entre les femmes et les hommes. Nous nous concentrerons aujourd’hui vers les Maldives où un événement récent a retenu l’attention médiatique internationale. Pour faire un résumé de la situation, une adolescente de 15 ans fut, le 26 février dernier, condamnée à huit mois d’assignation à résidence ainsi qu’à 100 coups de fouet pour « fornication », c’est-à-dire pour avoir eu des relations sexuelles hors mariage. Cette pratique qui, pour une occidentale que je suis, semble inhumaine, devient encore plus dramatique lorsque nous apprenons que cette jeune femme a en faite été violée par son beau-père à multiples occasions. Ce dernier, l’a mise enceinte et l’a obligée à enterrer vivant le nourrisson, près de la maison familiale. Il fut accusé de meurtre pour l’enfant, toutefois, aucune accusation n’a été portée contre lui pour avoir violé sa belle-fille et donc pour avoir lui aussi, eu des relations sexuelles hors mariage. Cette condamnation s’est faite sous l’application de la Charia. Ceci dit, l’article 24.2 du Coran indique que les deux individus ayant commis l’acte dénoncé doivent recevoir les 100 coups de fouet[1]. Malheureusement, l’application de cette punition semble n’être que rarement mise à exécution vis-à-vis des hommes.

Cette situation n’est cependant pas un cas isolé, l’an passé une jeune fille de 18 ans a également été condamnée pour «fornication». Ce qui est intéressant est de voir la différence de traitement dépendamment du sexe des accusés. Suite à la confession de la jeune femme sur le fait d’avoir eu des relations sexuelles hors mariage avec deux hommes, celle-ci fut la seule à être condamnée, puisque l’un deux n’a pu être retracé et le second a simplement nié son geste[2]. Un autre élément qui explique l’inégalité entre le nombre de femmes et d’hommes accusé d’avoir eu des relations sexuelles hors mariage, est le fait  que sans une confession de la part des accusés il est très difficile de prouver cet acte. Pour pouvoir porter une accusation de ce genre dans ce pays, il est nécessaire d’avoir le témoignage de quatre individus, habituellement de sexe masculin afin d’appuyer sa cause et malheureusement cela n’arrive que rarement. Tel que le mentionne le juge Abdulla, la grossesse d’une femme peut être un élément de preuve difficilement contestable, contrairement aux hommes qui n’ont qu’à nier leurs gestes pour se libérer de ce crime[3].

Il est pertinent de mentionner que les Maldives ont ratifié le 20 avril 2004, la Convention des Nations Unies contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants. Malgré cela, en 2006, un total de 184 sentences de flagellation publique a été émis, dont 146 condamnés étaient des femmes, ce qui équivaut à près de 80% des  sentences[4]. Cette flagellation publique infligée aux condamnés va à l’encontre de cette convention et est selon Amnistie internationale une forme d’humiliation, ce à quoi nous nous accordons entièrement. Nous pouvons observer que cette inégalité vis-à-vis des femmes ne s’améliore pas avec les années puisqu’en 2011, sur 104 personnes condamnées pour «fornication», 93 d’entre elles étaient des femmes, dont 10 mineurs. Les statistiques du département de l’administration judiciaire du pays appuient ces chiffres en affirmant qu’en 2011, près de 90% des individus condamnés sous cette loi ont été des femmes, soit une augmentation de 10% en cinq ans. Il serait important de rappeler à tous qu’une relation sexuelle ne s’effectue pas seule, il est donc très improbable que le nombre de condamnations d’individu de sexe masculin reflète la réalité, puisque nous parlons ici uniquement de relations sexuelles s’effectuant entre un homme et une femme.

Il y a donc clairement une inégalité grandissante entre les droits des femmes et des hommes aux Maldives. Tel que le demande Amnistie Internationale, nous espérons que ces jeunes femmes ne seront plus considérées comme des criminelles, mais bien comme des victimes. Le gouvernement des Maldives s’est dernièrement prononcé en faveur de cette demande en reconnaissant que cette jeune fille n’était pas une criminelle et bien, une victime, et ce, en plus d’affirmer la nécessité d’assurer la protection des droits de ces dernières[5]. Toutefois, ce discours ne changeront pas la situation, il est donc nécessaire que ce dernier passe à l’action et afin de l’aider à ne pas oublier, il est essentiel de maintenir une pression internationale sur celui-ci. Je vous incite donc à aller signer cette pétition qui demande l’abolition de la loi autorisant la flagellation afin de contribuer à l’amélioration de la situation des femmes aux Maldives.

Pétition : https://secure.avaaz.org/fr/maldives_fr/

Chloé Lamontagne


[1] Yabiladi. Sourate An-Nur. En ligne. http://www.yabiladi.com/coran/sourat-24-30-fr.html. Page consultée le 22 mars 2013.

[2] Nations Unies. Collection des traités. En ligne. http://treaties.un.org/Pages/ViewDetails.aspx?src=TREATY&mtdsg_no=IV-9&chapter=4&lang=fr. Page consultée le 22 mars 2013.

[4] Naish, Ahmed. « Under-age rape victim convicted of fornication, sentences to 100 lashes ». Minivans News :  Independant news for the Maldives. En ligne. 26 février 2013. http://minivannews.com/society/under-age-rape-victim-convicted-of-fornication-sentenced-to-100-lashes-53712. Page consultée le 21 mars 2013.

[5] Lembrée, Émilie. Maldives : L’État s’engage à protéger une jeune fille de 15 ans. En ligne.http://www.amnestyinternational.be/doc/agir-2099/nos-campagnes/droits-des-femmes-2137/actualites-2138/article/maldives-amnesty-international-se. Page consultée le 22 mars 2013.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s