Femmes et hommes autour du monde

Des inégalités de droit

Europe

L’Europe est une des cinq parties du monde et, par convention, un continent terrestre. Elle est délimitée par l’océan Arctique au Nord, l’océan Atlantique à l’Ouest, la Méditerranée et ses annexes, ainsi que, traditionnellement, la chaîne du Caucase au Sud, la mer Caspienne et la chaîne de l’Oural à l’Est.

On peut encore une fois parler de diversité culturelle significative, considérant le nombre impressionnant de pays qui la constituent; nombre qui s’établit à 44 sur le territoire, à 5 faisant à la fois partie de l’Europe et de l’Asie ainsi qu’à 2 qui sont culturellement rattachés à l’Europe, mais situés en Asie (Chypre et Arménie). Le « Vieux continent » groupe, sur moins de 10 % des terres émergées, 11 % de la population mondiale (739 299 000 habitants en 2011), mais ne possède aucune unité religieuse ou linguistique.

Bien entendu, l’Union européenne a permis la réalisation d’une unification économique et monétaire par l’adoption d’une monnaie unique en 1999, cependant, l’Europe semble aujourd’hui gravement fragilisée par les crises qui se succèdent et « apparaît en perte de vitesse face au dynamisme des pays émergents. »

Nous tenterons ici de dresser un portrait non-exhaustif des inégalités de droit entre les hommes et les femmes au regard d’une unification qui n’a peut-être pas su standardiser les mentalités, d’un décalage du développement de l’Ouest vis-à-vis de l’ancien bloc de l’Est et d’une mixité incroyable propre à chaque portion du continent. En effet, il sera intéressant de nous pencher sur le contraste entre les pratiques de la Scandinavie, de l’Europe de l’Ouest et de l’Europe de l’Est en ce qui a trait à ces inégalités de droit.

ARTICLES RÉCENTS DE LA MÊME RÉGION

SYNTHÈSE

Il faut avouer que la problématique des inégalités de droit entre les hommes et les femmes fut fort intéressante à développer. Malheureusement, il serait difficile de faire le tour de la question avec quelques billets, car comme on a pu le constater, les situations sont diverses et peuvent varier d’une région à l’autre. Pour ma part, c’était un bon défi de développer sur les cas de figures en Europe. Les avancées sont globalement assez importantes au niveau juridique pour ce qui est de la reconnaissance de la femme. Toutefois, comme il arrive dans bien des pays développés, la réalité peut être toute autre.

Dans le cas de mon premier article portant sur le viol conjugal, j’ai pu constater que c’était un sujet passionnant et souvent peu exploré. J’ai également pu voir qu’il est matière à débat et d’ailleurs, je suis heureux d’avoir eu beaucoup de réactions à ce sujet. Évidemment, c’était peut-être audacieux de le mettre dans un libellé qui traite des inégalités hommes/femmes puisque comme une collègue m’a fait remarqué, l’approche inégalitaire du sujet est souvent réductrice pour la victime. Je suis totalement d’accord, mais en même temps, je me basais sur des arguments qui étaient soulevés par le collectif féministe français qui l’amenait sous un angle inégalitaire. Et je dois également dire que vu le nombre de réactions, je suis content d’avoir soulevé la question malgré tout. Je dois également dire que le vaste sujet qu’est la violence conjugale (et plus précisément le viol) est trop peu traité d’un point de vue masculin. Comme mes autres collègues m’ont fait remarquer, bien des hommes peuvent être victime sans pour autant en faire la dénonciation parce que cela porterait atteinte à la « fierté masculine ». J’ai également trouvé le cas de la France intéressant puisque c’est un des seuls pays ayant décidé d’aller de l’avant avec cette problématique. Le Canada n’est apparemment pas rendu à cette étape. D’ailleurs j’étais très étonné de voir des publicités qui dénonçaient le viol conjugal. Il reste évidemment difficile de pourvoir déterminer si oui ou non il y a eu viol et je dois dire que ce sera un des enjeux majeurs dans ce cas-ci : la ligne est apparemment mince entre un délit et le devoir conjugal. Enfin, on peut quand même dire que certaines accusations ont été portées en France ce qui annonce un pas dans la bonne direction.

Pour mon deuxième billet portant sur le Fathers Rights Movement, je n’ai malheureusement pas eu de réactions. Toutefois, je considère qu’il était intéressant de traiter des inégalités dont les hommes sont victimes. Je constatais d’ailleurs que la majorité de nos billets portaient sur des situations où les femmes étaient lésées. Évidemment, je considère que la cause est noble surtout quand on voit que dans certains pays d’Europe, la garde est automatiquement accordée à la mère en cas de divorce. J’espère donc que ce mouvement gagnera en crédibilité et qu’il pourra sensibiliser certaines instances à moderniser les procédures juridiques en cas de séparation. Il s’agira ici d’un enjeu très important. Pour ma part, je crois qu’il est important de faire valoir le droit des pères dans une société qui a vu une évolution marquée de leur rôle dans l’éducation des enfants.

En somme, je trouve que cette expérience fut fort enrichissante et je dois avouer que c’était agréable d’avoir eu autant de réactions. C’était un plaisir de pouvoir répondre à vos commentaires et surtout de pouvoir développer sur des sujets qui m’étaient presque inconnus.

Etienne Gauthier

Un avis sur « Europe »

  1. Ping : Fathers Rights Movement : état de la situation dans certaines régions d’Europe | Femmes et hommes autour du monde

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s